Top

Retard de langage : travaillez les précurseurs ou pré-requis du langage

précurseurs pré-requis langageLes chercheurs ont montré qu’un certain nombre de « compétences » étaient nécessaires pour que l’enfant puisse développer son langage. On les appelle les « précurseurs » du langage. En quoi consistent-ils et comment les stimuler ?

Le babillage : le petit langage de bébé

Le babillage est l’ensemble des petits sons produits par les bébés : « aaaa », « dadada », « bababa ». Ce babillage devient de plus en plus évolué jusqu’à l’apparition des premiers mots. On peut stimuler simplement ce babillage en montrant au bébé que cela nous intéresse (le regarder attentivement quand il produit des sons, lui sourire), ou encore en l’imitant, ou simplement en lui parlant. Une absence de babillage peut être le signe de problèmes d’audition, aussi il faut en parler à son pédiatre.

Imitation : « fais comme moi »

imiter

L’imitation est essentielle pour préparer l’apparition des premiers mots. C’est bien en nous imitant que l’enfant se mettra à parler. La capacité d’imitation est à prendre dans son ensemble : imitation des gestes et des sons.

  • Pour inciter son enfant à imiter, on peut commencer par l’imiter… Quand il fait un son ou un geste, on le reproduit. On l’imite pendant quelques minutes puis on introduit un nouveau son ou geste pour que ce soit lui qui imite…
  • Vous pouvez également chanter des comptines très simples, telles que celles du livre « Comptines simples et simplifiées« . Chantez fréquemment la même comptine dans le même contexte : par exemple chantez « bateau sur l’eau » quand il est dans son bain et « tourne petit moulin » quand vous le changez.
  • Enfin, vous pouvez jouer avec votre enfant devant un miroir : lui faire faire des gestes devant le miroir, sourire au miroir, …

 

L’attention conjointe : « regarde avec moi »

L’attention conjointe est la capacité de l’enfant à regarder la même chose que vous. Elle révèle surtout la capacité de l’enfant à s’intéresser à la même chose que vous. Elle est l’un des pré-requis de la communication.

  • Pour stimuler l’attention conjointe, vous pouvez montrer des photos ou des imagiers à votre enfant.
  • Le pointage (le fait que l’enfant désigne quelque chose avec son doigt) est une bonne indication de sa capacité d’attention conjointe. On oublie donc (temporairement 🙂 ) les consignes : »ce n’est pas poli de pointer du doigt » et on pointe du doigt avec l’enfant : « tu as vu le gros camion ? », « regarde, c’est une photo de toi ». Pour stimuler le pointage, on peut aussi « oublier » de donner une cuillère avec le yaourt ou bien manger un de ses gâteaux préférés devant lui… ceci afin d’inciter l’enfant à réclamer… en pointant du doigt.

 

Tour de rôle : « chacun son tour »

La communication étant un échange, l’un des précurseurs du langage est la capacité à agir à tour de rôle.
Là les moyens de stimulation de manquent pas : tous les jeux qui impliquent d’agir l’un après l’autre sont intéressants. Citons par exemple les jeux de ballon, jeux de société, jeux avec des instruments de musique. Lorsque vous jouez, répétez bien « c’est à ton tour », « c’est à mon tour ».

Compréhension :

L’enfant comprend ce qu’on lui dit bien avant d’être capable de parler et cette capacité doit être développée pour permettre le langage.

  • Pour développer la compréhension, vous pouvez lui montrer des imagiers (voir l’article Retard de langage : commencez par le vocabulaire compris).
  • Vous pouvez également travailler sur la compréhension non verbale en systématisant l’utilisation de gestes simples pour dire par exemple oui/non (geste de la tête), au revoir, viens ici, … Le but est que l’enfant finisse par répéter ces gestes pour s’exprimer.

 

Permanence de l’objet : « trouve-moi ! »

coucou-oursonUn enfant acquiert la « permanence de l’objet » lorsqu’il comprend que quand un objet n’est pas dans son champ visuel, il continue d’exister. En effet, au départ les bébés ne savent « penser » que ce qu’ils voient. La permanence de l’objet est en quelque sorte un indicateur de la capacité d’abstraction et de conceptualisation de l’enfant. Si l’enfant comprend que les objets qui ne sont pas immédiatement à portée de main sont ailleurs, alors il commence à avoir une capacité d’abstraction suffisante pour pouvoir les nommer.
On stimule la permanence de l’objet en jouant à se cacher derrière ses mains ou en jouant à cacher un doudou derrière ses mains.

Catégorisation :

Pour pouvoir nommer un objet, l’enfant doit être capable d’en avoir compris le concept. Il faut ainsi qu’il ait compris qu’un ballon dessiné dans un livre se nomme de la même manière que le ballon de football de son grand frère et que le petit ballon en mousse avec lequel il joue. C’est ce qu’on appelle la catégorisation.

  • Pour stimuler la catégorisation, tous les jouets qui se basent sur des similitudes sont bons : jeux d’encastrement (similitudes de forme), jeux de classement de couleurs, lotos, etc.
  • Lorsque vous lisez un livre à votre enfant, montrez lui les objets similaires autour de lui : « Tchoupi est dans son lit. Ton lit à toi est là-bas ».
  • Veillez à nommer les objets qui l’entourent de manière simple et cohérente : par exemple le terme « manteau » désignera tous les vêtements pour aller à l’extérieur (pas de « blouson », « caban », « K-way »,etc. à ce stade).

 

Attention auditive et contact visuel : « écoute-moi »

Pour pouvoir communiquer, l’enfant doit savoir se concentrer sur ce qu’il entend et regarder la personne qui lui parle. Sans écoute, pas d’échange…

  • Pour stimuler l’attention auditive de votre enfant, imaginez des jeux dans lesquels il sera surpris par des sons. Par exemple, racontez-lui une histoire en ponctuant de sons faits avec des objets ou des instruments : « toc toc toc », « dring dring », …
  • Vous pouvez également utiliser des imagiers sonores.
  • Lorsque vous vous adressez à l’enfant, faites en sorte qu’il vous regarde : dites son prénom, touchez lui le bras ou attirez son attention par un petit geste.

 

Intentions de communication :

Enfin, avant de développer son langage, l’enfant développe des intentions de communication. En d’autres termes, il a envie de communiquer. Il existe de nombreuses astuces pour inciter son enfant à communiquer : voir l’article Comment inciter son enfant à communiquer

Découvrez nos livres pour accompagner le développement du tout premier langage de votre enfant :

imagier du T et du D - couv - spirale imagier du M et du N - couv - spiraleimagier du B et du P - couv - spirale

Imagier des tous premiers sons - couv - spirale comptines simples et simplifiées - couv - spirale Abécédaire - couv - spirale

Soyez le premier à commenter.

Laisser un commentaire