Top

Retard de langage : et si c’était de la dyspraxie verbale ?

La dyspraxie verbale est une difficulté à programmer les nombreux mouvements de la bouche nécessaires pour produire des sons. Qu’est-ce que la dyspraxie ? Comment identifier une dyspraxie verbale chez son enfant ? Quelle prise en charge ?

Qu’est-ce que la dyspraxie ?

La dyspraxie est une difficulté dans la production de certains mouvements. L’enfant dyspraxique doit se concentrer pour produire des mouvements qui sont automatiques chez les autres enfants. Ce dysfonctionnement est durable mais la rééducation permet de mettre en place des stratégies de contournement.

La dyspraxie verbale porte sur les mouvements permettant le langage. Certains considèrent qu’il s’agit d’une forme motrice de dysphasie, d’autres que c’est un trouble à part entière… A vrai dire ça ne change pas grand chose pour nous, parents…

 

Comment identifier une dyspraxie verbale ?

Pour reconnaître une dyspraxie verbale, observez votre enfant :

  • à 3 ans passés, il est difficilement compréhensible,
  • il a des difficultés à produire les sons adéquats, il remplace un son par un autre ou oublie une partie du mot ou intervertit les syllabes, le tout de manière aléatoire, c’est-à-dire avec des erreurs différentes à chaque fois (par exemple pour dire « chaussures » il va dire « tossu » puis « ossu » puis « suro »),
  • parler semble lui demander de gros efforts, il est excessivement timide,
  • il salive beaucoup ou fait des fausses routes fréquemment lorsqu’il mange ou n’a jamais mis ses jouets à la bouche,
  • il se remplit excessivement la bouche quand il mange, mange « salement » (pour son âge !),
  • il peut produire spontanément un mot mais il a du mal à le répéter quand on le lui demande (la planification de la parole est compliquée),
  • sa voix est monotone (il n’y met aucun ton particulier, on appelle cela un problème de prosodie),
  • le rythme de sa parole est inégal (par exemple il fait des pauses au milieu d’un mot),
  • en revanche sa compréhension est bonne,
  • son lexique est relativement étendu.

Ces différents indices seront bien entendu à soumettre à un orthophoniste qui établira un diagnostic de dysphasie verbale.

 

Comment aider un enfant qui a une dyspraxie verbale ?

A la maison :

  • Utilisez des signes pour faciliter la communication et pour qu’il ressente moins de pression sur le fait de parler correctement,
  • Mettez-vous bien face à lui quand vous lui parlez de façon à ce qu’il voit les mouvements que vous faites pour produire les sons,
  • Reformulez ce qu’il dit – sans ton de reproche ! – pour lui signifier que vous avez compris,

Chez l’orthophoniste, votre enfant pourra travailler la décomposition des mouvements nécessaires à la production des sons et la répétition des mots pour qu’ils deviennent « automatiques ».

 

Pour en savoir plus :

Un article très clair sur la dyspraxie verbale : https://www.chusj.org/fr/soins-services/D/Dyspraxie-verbale

Un mémoire sur la dyspraxie verbale : http://glossa.fr/pdfs/109_20101022115224.pdf

 

Si vous connaissez de près la dyspraxie verbale, n’hésitez pas à intervenir en commentaire de cet article !

Soyez le premier à commenter.

Laisser un commentaire