Top

Comment travailler son lâcher prise

lacher priseLa vie de parents de Tortunettes n’est pas un long fleuve tranquille. Comment gérer l’inquiétude, l’incertitude ? Comment parvenir à lâcher prise ? Nous avons interrogé une coach en développement personnel spécialisée dans l’accompagnement de parents d’enfants à besoins spécifiques.

Quelles sont les difficultés rencontrées au quotidien par les parents d’enfants ayant un retard de développement, quelle influence cela a-t-il sur leur bien-être ?

La première difficulté rencontrée par ces parents réside dans le fait d’accepter le retard et les difficultés de l’enfant. Pour cela il faut être bien accompagné. Il est important de trouver un médecin avec qui on a un dialogue de qualité, une écoute bienveillante, qui ne nie pas le problème et qui n’est pas non plus dans l’alarmisme. S’il y a déni du médecin, le parent va inconsciemment soumettre sans cesse son enfant à des tests pour s’assurer qu’il a un développement « normal », ce qui n’améliorera pas la relation parent-enfant.
Les parents ont ensuite besoin de se sentir acteurs vis-à-vis des difficultés de l’enfant. Une manière de se rendre acteur est de noter au quotidien dans un cahier ce que l’on remarque concernant le développement de son enfant. Cela permet de donner des éléments factuels au médecin. Être acteur ne veut pas dire enfermer l’enfant dans un retard ou autre. Surtout en l’absence de diagnostic, il faut toujours garder à l’esprit que certains retard se résorbent à mesure que l’enfant grandit.
Enfin, il faut faire attention à ne pas s’isoler : échanger avec d’autres parents, des associations ou des psychomotriciens, orthophonistes etc.

 

Quels conseils donneriez-vous à ces parents pour les aider à lâcher prise ?

Il est important d’arriver à être dans l’accueil de l’enfant tel qu’il est, dans l’instant présent, dans le partage, de ne pas se focaliser sur le retard mais de voir les moments de bonheur que l’on peut avoir avec son enfant. Être conscient que l’important pour l’enfant est qu’il puisse recevoir de l’amour, de l’attention et qu’il partage des moments de bonheur permet de relativiser l’angoisse du retard.
Avant tout c’est un enfant. Et le retard de l’enfant ne remet pas en cause les capacités du parent en tant que parent.
Pour être dans cet accueil de l’enfant, il est primordial, en tant que parent, de trouver une activité qui nous fait plaisir, sans culpabiliser de prendre ce temps pour soi. Car culpabiliser fait perdre le bénéfice de l’activité… Or ce bénéfice est au profit de l’enfant, du conjoint, etc.
Quand on pense « lâcher prise », on pense bien sûr aux activités douces de type yoga, chi gong, tai chi, méditation, massages. Mais en fait chacun est différent et à nouveau l’important est de se faire plaisir. Ce peut être en se reconnectant à la nature (marche, vélo, …), en pratiquant une activité dans l’eau (natation, aquagym), une activité artistique (musique, chant, peinture ou même coloriages pour adultes), un sport, ou encore un bon moment avec des amis.

Un grand merci à Florence Bech, coach en développement personnel dans le 78 (www.coaching-positif.net)

Soyez le premier à commenter.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.